mardi 13 mars 2012

Découvertes dans la sacristie


Découvertes dans la sacristie

Article et photos de Jacques PELET, publiés dans le
blog de l'Indépendant de Saint Genis des fontaines le 13 mars 2012
A la demande de Roger Gardez, président de l’ASVAC (Association de sauvegarde des valeurs archéologiques et culturelles), le service du Centre de conservation restauration du conseil général, dirigé par Jean-Bernard Mathon, est intervenu pour examiner un ensemble de vêtements liturgiques retrouvés dans l’église paroissiale. 



Question J.P.  INDEP
Quel est l’objet de cet examen ?
Réponse Roger Gardez
Le 8 mars dernier, en réponse à notre demande, Séverine Masségu, chargée de l’inventaire et assistante de conservation, est venue avec une collègue restauratrice, examiner, répertorier et donner un avis d’expert concernant un ensemble de vêtements liturgiques entreposés ou retrouvés dans la sacristie de l’église paroissiale.
Question J.P
De quelle nature sont les vêtements examinés ?
Réponse Roger Gardez
Il s’agit d’une bannière processionnelle et de quelques vêtements liturgiques, chasubles et capes. 



 
La bannière processionnelle, bien que dans un assez piètre état dû à un enroulement réalisé dans de mauvaises conditions, présente un certain intérêt. Bannière dédiée à N.D de Montserrat, datant probablement du milieu du XIXème siècle au moment ou l’église est devenue paroissiale, qui nécessiterait une restauration importante car la soie présente d’assez larges dégradations mais qui pourrait, en observant certaines précautions (armoire vitrée, présentoir incliné), être placée à la vue du public près du retable de N.D de Montserrat par exemple. Cette bannière mérite qu’on s’y arrête.



Les vêtements liturgiques, chasubles ou capes, ont également attiré l’attention de nos spécialistes de la conservation, que ce soit pour la qualité des tissus, de l’extrême habileté et rendu de la façon, des motifs et de la disposition de la décoration. Pour eux également une présentation appropriée serait nécessaire et souhaitable. Dans leur ensemble ils sont d’une période comprise entre la première partie du XIXème et le début du XXème siècle. Etant de facture relativement riche (nous avons entendu l’expression "tissu d’or"), il pourrait s’agir de dons d’autorités religieuses – épiscopale par exemple- ou de dons de paroissiens aisés (pour reprendre une expression de la charte de 819 : "de personnes craignant Dieu !"). Les curés de l’époque auraient-ils étés assez riches ?... bien étonnant. Les autres vêtements présentent nettement moins d’intérêts.



Question J.P

Un crâne aurait également été retrouvé ?
Réponse Roger Gardez
Effectivement, la face antérieure d' un crâne du (ou de la) adolescent(e) a été retrouvée mais ne peut donner d’indications sérieuses car la localisation du lieu initial de découverte n’est pas connue. Nous avons contacté O. Passarius du pôle archéologie à ce sujet.


Un nouvel épisode de l’histoire vient d’enrichir l’existence millénaire de notre abbaye.